Personne ne l'avait vu venir mais le Front commun du secteur public a réussi à mobiliser plus de 70 000 personnes à Montréal le 20 mars dernier. Bien sûr, c'était une parade gentille et hyper-contrôlée mais ça reste impressionnant. La direction des centrales syndicales semble déterminée à obtenir un règlement négocié à n'importe quel prix (tout sauf un décret!). Il n'empêche que le bateau commence à tanguer un peu. Dans le secteur de la santé, le ras-le-bol est généralisé chez les infirmières (y'a même des mini-grèves sur le tas pour refuser le temps supplémentaire), au point où la FIQ (Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec) se sent à l'aise pour demander du même souffle la conciliation et aller chercher un mandat de grève. Même chose chez les profs de la grande région montréalaise qui veulent aussi des mandats de grève et qu'on a vu cet hiver et ce printemps dans les manifs antilibérales. Ailleurs, par contre, c'est encore le calme plat. Seul l'avenir dira si l'automne sera chaud mais c'est un dossier à surveiller.