L'importance de la critique dans le développement du mouvement révolutionnaire

José Antonio Gutiérez

Cet article a été écrit de manière à refléter un vieux malaise que je ressens dans le mouvement libertaire. Il s'agit du nombre peu élevé de débats qu'il y a dans les milieux anarchistes. D'autant plus que ces débats sont souvent criblés d'insultes et ont lieu dans un esprit plus compétitif que constructif. Cet échec, qui est devenu chronique, a un remède et peut être surmontée avec détermination et hauteur d’esprit.

Les idées exprimées ici ont commencé à se développer à partir d'un document de discussion de la revue chilienne «   Hombre y Sociedad » (en 2006) puisque, dans cette publication, nous avons essayé de surpasser cette situation, même si nous reconnaissons les limites de nos humbles efforts.

J'espère que les idées exprimées ici contribueront à ce que les vices du mouvement soient délaissés et que nous pourrons ainsi édifier un bâtiment aux bases solides et avec de l'air frais où nous pourrons travailler à la révolution de demain.